Méthodologie d’enquête

Le travail des étudiants du Master GDTM s’est organisé en quatre principales étapes : 1. la phase préparatoire, 2. la période d’immersions de terrain, 3. la réalisation du questionnaire en ligne, 4. l’analyse et les restitutions des résultats.

Menée dans les locaux du pôle universitaire de Gap, une phase préparatoire a été dédiée à la recherche et l’analyse documentaire tout d’abord, puis à la rencontre avec des experts des Pratiques Récréatives de Nature (PRN) et des acteurs du territoire invités à l’occasion du séminaire « Parole d’acteurs ».

La seconde phase s’est déclinée en trois immersions de terrain qui se sont déroulées d’octobre 2019 à janvier 2020. Les étudiants ont ainsi pu aller à trois reprises directement sur le terrain à la rencontre des acteurs institutionnels et économiques du territoire, ainsi que des pratiquants de PRN.

Ces témoignages ont permis aux étudiants de mieux saisir les enjeux environnementaux, économiques et sociopolitiques de la montagne de Céüse et de proposer un diagnostic de territoire. Au regard de ces premières analyses, un focus a ensuite été réalisé sur les PRN.

Pour se faire, la troisième phase du travail a été dédiée à la conception et la mise en œuvre d’une enquête par questionnaire concernant les PRN à Céüse.

Le questionnaire a été diffusé par internet. Les avantages de ce choix technique résident dans son efficacité et sa rapidité. En quelques semaines ont été renseignés 871 questionnaires. Les limites de ce choix technique sont les biais induits par les effets de réseau sur internet d’une part et d’autre part par la fracture numérique[1]. Pour minimiser les effets de réseaux, les étudiants ont veillé à diffuser le questionnaire au sein de réseaux très diversifiés de pratiquants de différentes PRN au niveau local, national et international. Le biais induit par la fracture numérique n’a en revanche pas pu être maîtrisé. Pour ce faire, une campagne d’enquête supplémentaire, sur le terrain et à plusieurs périodes de l’année aurait due être menée. Les contraintes de calendrier et de budget ne l’ont pas permis.

Aperçu du questionnaire utilisé pendant les enquêtes.

Parmi les 871 personnes ayant répondu au questionnaire, une majorité habite dans le département des Hautes-Alpes. Les habitants des communes composant la montagne de Céüse ou sa proximité immédiate ont tout particulièrement exprimé un fort intérêt pour l’enquête. Les associations locales ont en effet joué un rôle fort dans la diffusion du questionnaire en ligne. Cette forte implication des habitants du territoire à l’enquête est porteuse de sens. Elle peut en effet être lue comme un désir fort de donner son avis et d’être activement impliqué dans la formulation de projets pour ce territoire. Malgré la diffusion d’un questionnaire en anglais sur les réseaux internationaux de pratiquants de PRN, très peu d’étrangers ont participé à l’enquête.


[1] La notion de « fracture numérique » exprime les inégalités d’accès à une connexion internet. Ces inégalités peuvent être due à des facteurs techniques (absence ou défaillance d’une couverture réseau), économiques (difficultés monétaires ne permettant pas de s’équiper) et/ou culturelles (difficultés d’accéder aux compétences nécessaires à l’utilisation d’internet).